La formation en alternance

Après avoir évalué le mémoire CAFEL de Marie GROLLIER (juin 2017) sur la formation  à distance pour le CCI du Maine et Loire «Développer les compétences des maîtres d’apprentissage dans l’accompagnement et le suivi d’un apprenti »,  je me suis documentée sur l'alternance pour mieux comprendre la place et le rôle des acteurs de la formation (apprenti, tuteur et maitre d'apprentissage) . Voici mon questionnement !

Ce mémoire reste confidentiel

Double enjeu pour l'apprenti

L'apprenti a un double enjeu immédiat : avoir son diplôme et trouver un emploi

 -  Comment s'assurer que les tâches en entreprise faites par l'apprenti correspondent au cadre de la formation et soient proches des enseignements dispensés ?
 - Comment s'assurer que la formation réponde aux besoins des entreprises ?
En d'autres termes et dans le meilleur des cas : on imagine que la théorie apporte de l'innovation dans l'entreprise et que la pratique apporte des études de cas pour comprendre la théorie.
 - Comment en arriver là ?

2 pistes de réponses :

1 -  Soutenir l'apprenti pour qu'il choisisse sa bonne formation et la bonne entreprise afin qu'il puisse réussir.

2 - Donner les moyens à l'apprenti pour acquérir les connaissances et les compétences qui soient reconnues nationalement et dans l'entreprise.

Pour y arriver et c'était le sens du projet de ce  mémoire, il faut chercher à entretenir un réseau professionnel  (formation / entreprise) et organiser la participation de tous sur un outil de réseau comme  un LMS (learning management system).

 

Le réseau professionnel :

Les formations pros ont un collège de professeurs (enseignants / professionnels du secteur) qui développe un réseau professionnel ; Ce réseau est matérialisé soit par des associations professionnelles, soit par des chambres consulaires, peut être d'autres d'ailleurs ... Leur rôle parait essentiel dans l'entente et le travail collaboratif entre centres de formations et entreprises.

J'ai été assez étonnée de l'inégalité de l'accompagnement de la recherche de stage. Il doit y avoir un lien particulier entre les centres de formations et les entreprises (ce qui est souvent le cas) et sinon à initier par ces organismes associatifs par branche ou par métier.

Il y a un tuteur en centre de formation et un maître d'apprentissage en entreprise lors du stage ( et contrairement au stage de formation professionnelle, ils sont obligatoires). Est ce que les échanges existent lorsqu'un tuteur gère une centaine d'apprentis ? Je ne crois pas ... Est ce qu'ils échangent avant la formation ? ... 

A mon sens,  l'activation de ces réseaux pourrait aider à  gommer ces inégalités.

La plateforme LMS

Pour revenir au mémoire, une des solutions trouvée (à l'initiative du CCI)  est d'avoir une plateforme LMS avec tous les acteurs présents. Les élèves, les professeurs, les tuteurs y sont déjà présents (planning, gestion des devoirs, cours en ligne, ...) mais en créant la formation des maitres d'aprentissage sur cette même plateforme, le CCI incitent les entreprises à entrer dans le réseau.

Ainsi, il y aurait  des échanges et des rencontres entre l'apprenti, le tuteur et le maitre d'apprentissage ; entre les entreprises et les centres de formation ; entre les apprentis.

Dans ce projet, l'initiative intéressante a été de personnaliser la formation par métier, sur le LMS chaque métier a des contenus appropriés, une page d'accueil adaptée et un accès réservé.

Il faut que cette initiative vienne d'un réseau en collaboration avec les centres de formation et les entreprises, et non pas d'un centre de formation ou d'une université exclusivement.

 

La formation mixte ou en classe inversée

 

Pour assouplir l'emploi du temps et créer du lien entre la théorie et la pratique : 

Les temps d'alternance varient selon le diplôme et le métier mais on perçoit l’intérêt d'avoir les contenus pédagogiques professionnels en ligne avec un tutorat, suivi de regroupement régulier pour analyser les études de cas.

Garder les enseignements fondamentaux en présentiel.

 

En conclusion

Il y a surement des initiatives et des projets dans ce sens ou dans d'autres  ? je serais curieuse de les découvrir !

C'est aussi une réflexion qui est au goût du jour. Les chambres consulaires et les associations devraient avoir leur rôle dans le développement attendu de l'alternance ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *